samedi 28 septembre 2013

Question : est-ce que les systèmes acoustiques Home-Cinéma comportant de très petites enceintes peuvent rivaliser avec les imposantes enceintes-colonnes d’antant ? La réponse est : OUI. Tests personnels à l’appui. (Ensemble 5.1 JBL « Système Cinéma 500 »).



Enceinte satellite 34 cm
(Double cône PolyPlas™ de 75mm
 avec blindage vidéo)
C’est une question qui se pose un jour ou l’autre à tout mélomane et cinéphile, à l’heure où s’accumulent les nouveaux systèmes de reproduction du son liés au cinéma « à la maison » : dois-je remplacer mon ancien système, ces belles grosses enceintes des familles qui régnaient au cœur de mon système HI-FI, au profit de ces fascinantes nouvelles combinaisons de petites enceintes design hyper sophistiquées fonctionnant avec un caisson de basse ?

Pour ma part, la question devenait urgente. En effet, après 16 ans de bons et loyaux services, mes enceintes JBL 120 watts arrivaient en bout de course, avec des dégradations de la matière constituant la membrane des boomers. Jusque-là j’avais déjà pas mal investi dans les nouvelles technologies : j’avais abandonné mon ancienne petite télé cathodique pour un grand écran ultra plat HD SAMSUNG LED 3D (101cm, 1080p, 200Hz, deux lunettes 3D offertes), remplacé mon bon vieil ampli stéréo analogique YAMAHA 100 watts pour un nouveau YAMAHA (la meilleure marque d’ampli à mon avis, japonaise bien sûr !) audio-vidéo numérique 3D, 500 watts (plus précisément : 5 x 100 watts), et viré mon lecteur DVD PIONNER pour un lecteur Blu-ray 3D de marque LG.

Seules les enceintes avaient été épargnées. Ce qui impliquait que je ne pouvais regarder mes films qu’en stéréo, sans bénéficier du son 5.1 et DTS que mon ampli m’offrait via les entrées HDMI. La subite fin de vie de mes belles enceintes JBL régla le problème. Il était temps de passer au système acoustique 5.1. Mais un obstacle de taille se posait d’emblée : la place. Prévoir de l’espace pour deux grandes enceintes colonnes, c’est bien gentil et plutôt faisable, en prévoir pour six plus petites ça devient carrément glauque (sauf pour ceux qui vivent dans un palais, mais par les temps qui courent, m’est avis que cette population est de moins en moins nombreuse). Mon Home-Cinéma étant installé dans une chambre, c’était pas gagné. Et puis le choix était restreint, compte-tenu du fait que je voulais rester fidèle à JBL (sans aucun doute la meilleure marque d’enceintes, à égalité avec le fabriquant français CABASSE racheté en 2006 par les japonais de CANON. JBL équipe en système acoustique la majorité des salles de cinéma du monde).

Après un temps de recherche relativement court je tombais sur un système JBL 5.1 assez pointu, qui eut tôt fait de me séduire. Celui-ci est assez agréable à regarder : il est constitué notamment de quatre enceintes design d’une hauteur de seulement 34 cm (avec pieds) pour une largeur de 12 cm. Autant dire que, quand on a été habitué durant les 30 dernières années à diverses enceintes colonnes mesurant entre 60 cm et 120 cm de hauteur selon les modèles, ça fout un peu les jetons.

Nonobstant, la liste des performances techniques de l’ensemble « Système Cinéma 500 », les bons retours des spécialistes et des consommateurs, la rigueur et les performances habituelles de la marque, et enfin la certitude de pouvoir loger l’enceinte centrale horizontale sur une des étagères de mon meuble HI-FI furent les raisons qui achevèrent de me laisser tenter.

Je ne l’ai pas regretté, autant pour le plaisir des yeux (esthétisme très agréable de l’ensemble) que pour celui des oreilles.


UN POINT SUR LA TECHNIQUE PROPOSÉE POUR CE SYSTÈME JBL

 Le système Cinéma 500 de JBL est constitué de 5 enceintes satellites blindées ayant les caractéristiques suivantes :

Haut-parleur basses fréquences : Double cône PolyPlas™ de 75mm avec blindage vidéo 
Tweeter : Dôme en titane stratifié de 25mm avec blindage vidéo
Puissance admissible d’amplificateur recommandée : 100 watts
Impédance nominale : 8 ohms
Sensibilité (2,83V/1m): 89dB
Fréquence de coupure : 3,7kHz

Enceinte centrale horizontale dédiée aux voix (Tweeter dôme en titane stratifié de 25mm avec blindage)

Elles sont accompagnées d’un caisson de basse dont le boomer est tourné vers le sol. Il dispose aussi de boutons de contrôle bien pratiques (et pas toujours présents chez d’autres marques): volume et phase, marche/arrêt/mise en veille

Caisson de basses Sub140P avec haut-parleur basses fréquences de 20 cm, cône down-firing 
Type d’enceinte : Bass réflex (down-firing)
Puissance : 150 watts
Réponse de fréquence : 32Hz–150Hz (-6dB)
Fréquence de coupure : 50Hz–200Hz (variable)
Contrôles : Volume, fréquence de croisement, phase
Branchements : Entrées de niveau de ligne RCA gauche et droite, entrée d’effets de basses fréquences (LFE)

Caisson de basses Sub140P/Haut-parleur basses fréquences 20 cm tourné vers le sol


Les divers éléments de ce petit bijou de technique sont conçus pour fonctionner en interaction au sein d’un même système, les composants s’associant pour offrir des performances optimales. La correspondance entre les cinq enceintes satellites et le caisson assure une restitution du son harmonieuse, et garantit un appréciable environnement sonore à 360 degrés.

Les cinq enceintes comprennent chacune deux haut-parleurs médium afin de limiter considérablement la distorsion, et leur blindage vidéo interdit tous risques d’interférences magnétiques avec l’écran plat HD. Le caisson de basse permet une meilleure amplitude des graves que pour un boomer projetant le son vers les murs, d’autant plus dans une pièce non conçue à la base pour la restitution naturelle des sons (tout le monde n’a pas chez soi une pièce insonorisée dont l’acoustique est équivalente à une salle de cinéma).

TESTED AND APPROVED BY THE NIPPON AVENGER  Oui, c’est moi qui ai testé. Et approuvé. De quels moyens techniques sophistiqués, de quels laboratoires ultramodernes ai-je bénéficié pour pouvoir arriver à cette conclusion ? Bah, un seul. Un organe, qui plus est ! Cartilagineux. Ça s’appelle l’oreille. Mais attention, pas n’importe quelle oreille ! La mienne ! C’est-à-dire : une oreille habituée depuis plus de 20 ans à des films et des musiques diffusés sur un matériel HI-FI traditionnel dont je connais le rendu sonore par cœur. Si des différences notables de son se font sentir sur des enregistrements dont j’ai l’habitude d’apprécier les subtilités, impossible de ne pas les détecter. 

Du reste, mon appréhension ne se situait pas par rapport à la dimension « Home Cinéma » de mon installation : je me doutais bien qu’en matière de restitution des films, le système Cinéma 500 de JBL serait à la hauteur (vu qu’il a été conçu avant tout pour ça). Non, je craignais plutôt pour l’aspect « restitution des musiques en mode stéréo ».  Car si je suis de plus en plus cinéphile, je continue par ailleurs à écouter de la musique. Et pas question d’avoir une perte de qualité à ce niveau-là.

Mon ampli 5x100 watts YAMAHA 3D permet le calibrage automatique des enceintes et du caisson via le système d'optimisation du son YPAO (on branche un micro qui prend en compte le positionnement du spectateur-auditeur et son éloignement par rapport aux enceintes satellites). Carrément surnaturel. Et en plus, bah, ça marche !!! (YAMAHA 3D RX-V373)

DIMENSIONS 43,5 x 31,5 x 15,1 cm. Poids : 7,5 kilos. Cinq prises HDMI (4 entrées/1 sortie) 
 

TEST CINÉMA  Donc, concernant les films, la réponse fut vite apportée, grâce à quelques Blu-ray ayant la particularité de proposer une bande son soignée et performante, soit les trois références suivantes : Detective Dee (film chinois de Tsui Hark), Gantz-Au commencement (film japonais de Shinsuke Sato - voir ma critique du film sur cette page) et Poursuite mortelle (film anglais de Julian Gilbet).

Pour ces trois films plutôt d’essence « aventures et action » (idéale pour mon test), la bande sonore utilisée a été (évidemment) la VO sous-titrée en DTS master audio 5.1. Et à chaque fois, mon matériel m’a comblé au-delà de mes espérances, proposant une spatialisation du son remarquable, avec des enceintes surround très présentes et aux accélérations fulgurantes, et une enceinte frontale rendant honneur au mixage subtil des voies, les poussées musicales donnant l’impression d’être dans une grande salle de cinéma. Le but est donc atteint. 

Le caisson de basse quant à lui, outre qu’il est particulièrement esthétique de par sa forme pyramidale, permet une onctuosité des basses et une puissance que je n’imaginais pas (avec possibilités de réglages, indépendamment de l’ampli, en fonction de la disposition de la pièce). Sa structure novatrice évite les vibrations superflues. 

Qui peut le plus pouvant le moins, l’ensemble reste irréprochable sur de simples pistes 2.0 Dolby digital (stéréo ou mono) offertes sur beaucoup de DVD de films ou feuilletons anciens.

MON LECTEUR BLU-RAY 3D LG BP620


Mon écran plat HD SAMSUNG LED 3D (101cm, 1080p, 200Hz, deux lunettes 3D offertes)
 Smart TV 3D UE40ES6300


TEST MUSIQUE  Comme je le précisais plus haut, mon appréhension concernait surtout la tenue de mon matériel en mode stéréo sur vinyle ou CD (ayant eu l’habitude depuis des années d’écouter des disques avec des enceintes volumineuses). C’est le moment du test qui fut le plus renversant. Que cela soit sur des musiques de variétés (où la voix est souvent mise en avant), sur de la musique électronique (où les basses sont très groove) ou sur du rock (où la dynamique élevée et les saturations voulues sont effectives) le rendu est sans accrocs. Je n’ai constaté aucune différence entre mes enceintes de 34 cm et mes colonnes d’antan ! Pas de perte de puissance ni de grave (le caisson de basse travaillant en interaction permanente avec les deux satellites gauche et droite). L’option 5.1 pour CD (c’est-à-dire le même son sur les cinq enceintes, avec toujours l’appui du caisson de basse) donne aussi un résultat appréciable, sans abrutissement comme on aurait pu l’imaginer. Sachant que l’idéal reste quand même la diffusion stéréo de la musique avec seulement les deux enceintes principales aidées par le caisson.

MES ANCIENNES ENCEINTES HI-FI JBL 120 W (MAINTENANT REMPLACÉES)


Restait l’épreuve ultime, celle que je tente systématiquement chaque fois que je suis en présence de nouvelles enceintes… L’épreuve qui tue : le test du piano seul, sans autres artifices. Une sonate ou une valse fera l’affaire, bien que l’idéal est d’avoir recours aux scherzos ou aux polonaises de Chopin (les plus frénétiques, les plus sauvages). Ceci afin de constater, en cas de son cristallin puissant, le comportement du tweeter et des haut-parleurs (au nombre de deux, je le rappelle, de 75mm sur chacune de mes enceintes). En principe, ce test ne pardonne pas. Durant l’écoute, il est d’ailleurs utile de monter le son significativement, et de noter s’il y a distorsion au niveau des haut-parleurs et crissement (ou contraction) du tweeter. 

J’avoue que j’avais un peu peur avant de faire ce test cruel sur mon installation, et ma joie fut d’autant plus grande en constatant la tenue parfaite des enceintes face à cette épreuve redoutable. Même avec un son assez élevé, je n’ai constaté aucune distorsion audible. JBL n’a vraiment pas volé sa réputation et sa place d’excellence dans l’acoustique mondiale. Les progrès phénoménaux atteints ces dernières années ont donné un coup de vieux à nos encombrants systèmes d'antant. D'ailleurs certains fans de Hi-FI ne le supportent pas : je pense aux petits commentaires dénigrants qu’on trouve parfois sur les forums spécialisés. Je témoigne ici que ces critiques sont infondées, du moins concernant ce système JBL (mais je suppose que d’autres modèles signés par d’autres marques doivent eux-aussi être assez remarquables). Ces dénigrements émanent probablement de gens possédant du matériel HI-FI à l’ancienne pour lequel ils ont déboursé des sommes folles, et qui sont finalement dépités de constater leurs choix obsolètes à l’heure des nouvelles technologies et de la miniaturisation. D'où leur agacement, qui a beaucoup à voir avec le déni de réalité.

MA PLATINE VINYLE PRO-JECT DEBUT CARBON (Cellule Ortofon OM-10)

MON LECTEUR CD YAMAHA CDS300 (Connexion digitale/fibre optique)


LA FACE ARRIÈRE DE MON CAISSON DE BASSE (hauteur 48 cm, base 36x36 cm, poids 10 kilos)



Aucun commentaire: