lundi 20 juin 2011

« Thunder and lightning » de Thin lizzy : le somptueux chant du cygne de Phil Lynott…


En 1983 l’excellent bassiste Phil Lynott prouva avec le nouvel et dernier opus de son groupe Thin lizzy que le hard rock pouvait être intelligent sans être casse-bobons, et mélodieux sans être mièvre. Thunder and lightning fit en effet sensation lors de sa sortie et demeure depuis un classique du rock tendance hard. Petit retour en arrière sur la biographie de ce groupe au départ banal mais qui peu à peu sut se forger un identité plus intéressante.

Thin lizzy fait partie des groupes qui doivent beaucoup à la personnalité talentueuse et atypique de leur leader. Phil Lynott naît en Angleterre le 20 aout 1949 d’un père qu’il ne connaîtra jamais, originaire d’un des pays les plus pauvres d’Amérique latine (l’anglophone république de la Guyana, sans rapport avec la Guyane française), et d’une mère irlandaise. Sa famille s’installe dans la banlieue de Dublin, le petit métis étant élevé par sa grand-mère. Il fait bientôt les quatre cent coups et se forge ainsi une réputation de garçon des rues mais s’intéresse aussi à la musique soul et rock. A 17 ans il s’investit en tant que chanteur dans un petit groupe local, les Black eagles. Le groupe éclate, et Lynott continue son apprentissage musical au sein d’autres petites formations, s’initiant à la basse électrique et la composition sans pour autant abandonner le chant. 

THIN LIZZY
Au gré des rencontres, notamment celle de Eric Bell (guitare) et Brian Downey (batterie) il se stabilise enfin dans le projet Thin lizzy (nom inspiré d’un comics dont le héros se nomme Tin lizzie; l’esthétique et le graphisme BD seront d’ailleurs souvent présents comme thèmes d’un grand nombre de leurs pochettes). A force de tourner inlassablement et de faire les premières parties de groupes locaux le groupe réussit à convaincre la maison Decca de leur produire leurs trois premiers albums. C’est grâce au troisième Vagabonds of the western world que le combo accède enfin au succès et à la notoriété avec un hard rock assez classique et efficace. Mais Bell, lassé, décide alors de quitter la formation, bien vite remplacé par le guitariste virtuose Gary Moore qui ne restera pourtant que quelques mois, bientôt harassé lui-aussi par le rythme de vie endiablé de Lynott et Downey. Le groupe sera régulièrement déséquilibré par des changements de personnels qui l’empêcheront sans doute d’accéder à une reconnaissance mondiale. Le succès est néanmoins au rendez-vous avec l’album Night life (1974) puis surtout Jailbreak (1976). Durant la tournée suivante, Lynott est victime d’une hépatite, mal qui l’handicapera tout au long de sa courte vie et qui l’amènera à être accroc aux médicaments et aux drogues (lorsque j’écoutais le groupe lors de mon adolescence, la réputation scandaleuse de toxico du bassiste-chanteur était déjà notable, mais je ne savais pas qu’elle était due à un problème d’hépatite... C’est une information que j’ai eue bien des années après, grâce aux recherches sur Internet, et qui relativisa l’image de rebelle-suicidaire que je me faisais de Lynott : celui-ci était donc avant tout la triste victime d’une maladie chronique du foie).

Certains fans considèrent que le point culminant de la discographie de Thin lizzy reste l’album en concert Live and dangerous de 1978, ce qui n'est personnellement pas mon avis même si je lui reconnais une certaine efficacité. On aura compris que j'octroie cette place ultime au disque qui nous occupe aujourd'hui et dont vous lisez en ce moment la chronique.

L'EXCELLENT (ET TRÈS D’ACTUALITÉ) HOLY WAR


En cette période punk et new wave de 1977-78, l’authenticité rock sans concessions de Thin lizzy permet à la formation de faire partie des rares groupes à ne pas être rejetés par la nouvelle génération de rockers qui proposent une musique inédite, débarrassée des lourdeurs et enluminures caractérisant la plupart des combos des années 60/70. Thunder and lightning propose une collection de chansons toutes originales, percutantes, matinées de soul et de rythmique groove et funk, ce qui reste très surprenant pour un groupe de ce type. 



PHIL LYNOTT et sa basse en surchauffe
Quelques diamants s’échappent du lot, tel le vigoureux This is the one rappelant par moment le meilleur de Whitesnake, idem pour Someday she is going to hit back. On ne vantera jamais assez le tube pop-rock incontournable Bad habits, véritable manifeste d’un rock énergique, vivace, chaleureux et fédérateur, une merveille dans son genre et sur l’écoute duquel on ne peut que bloquer à jamais la touche Repeat. Idem pour l’imparable The holy war qui concluait la face A du 33 tours. Enfin comment trouver les mots pour décrire la sublime chanson The sun goes down interprétée tout en recueillement par Lynott, avec son rythme très caractéristique et en permanence sous le contrôle d’une basse voluptueuse et d’une guitare heavy tour à tour planante ou lyrique. Probablement l’une des 20 plus belles chansons de l’histoire du rock. Après ce coup de maître les fans repus s’attendaient au meilleur pour l’avenir sans savoir que Thunder and lightning était en fait le chant du cygne de Thin lizzy : Phil Lynott, dépité par l’échec de son album solo intervenu avant l’enregistrement des sessions de Thunder, et déçu du mauvais accueil des critiques à son endroit, prit la décision de dissoudre le groupe pour en monter un autre, bientôt mort-né. Puis tenta de revenir à sa carrière solo avec le single Nineteen avant que ses ennuis de santé consécutifs à ses abus de drogues et d’alcool ne le rattrapent définitivement. Il meurt au tout début de l’année 1986 peu après son hospitalisation. On a perdu en ce jour funeste de janvier un chanteur au groove intense, doublé d’un bassiste hors-pair.

LE SUBLIME THE SUN GOES DOWN 


3 commentaires:

Rockin' a dit…

merci Christian, c'est un plaisir de te lire sur Thin Lizzy et Lynott. j'attends avec impatience tes "meilleurs live". jl

Christian Larcheron a dit…

Bonjour Rockin et merci pour tes compliments. Dix mois après les débuts de ce blog ça fait plaisir de voir que tu me laisses enfin ton premier commentaire à propos de mes chroniques ! Je me demandais d'ailleurs ce que tu attendais : sur le Deblocnot je suis souvent venu vous écrire une "petite bafouille" dès les premiers jours, et je me suis aussi inscrit comme membre, par sympathie. D'ailleurs, si tu le souhaites, n'hésite pas non plus à t'inscrire ici, ça serait très sympa (espace "sympathisant" en bas de page).

Des quatre du Deblocnot que je "fréquentais" à l'époque d'Amazon, trois sont déjà passés ici m'écrire quelques petits commentaires : Bruno, Christian S., et maintenant toi. Il n'y a que Luc B. qui bizarrement n'est jamais venu ici, alors que je lui ai souvent écrit sur votre site commun. Je ne comprends d'ailleurs pas ce soudain désintérêt de sa part, lui qui venait si souvent me lire sur mes pages Amazon (qui étaient pourtant de moins bonne qualité que celles de ce blog, et bien moins agréables à lire), sachant aussi que je lui ai souvent laissé des commentaires sur le Deblocnot. Si tu le vois, merci de lui poser la question du pourquoi de ce changement d'attitude de sa part vis à vis de mon travail, je serais curieux de connaitre sa réponse.

A propos de ma chronique sur les meilleurs live je devrais la publier probablement en Août si tout va bien (j'ai été souffrant un dizaine de jours en juillet, ce qui m'a retardé pour tout un tas de choses). Je suis aussi en train de recomposer les textes des rubriques qui apparaissaient sur ma barre d'accueil ("Qui suis-je", "A propos du blog", etc...) ce qui explique que les onglets ne sont pas activés en ce moment, et que la barre reste vide (à part l'onglet "Accueil"). Si tout va bien il est possible que j'ajoute une photo de moi dans ces rubriques lorsque tout sera en place... Tu pourras alors voir à quoi ressemble le "vengeur nippon"... ha, ha.

A bientôt de te lire, ici et au Deblocnot (au fait, "Jl" ce sont les initiales de "Jean-luc", non ?)

Rockin' a dit…

salut Christian, je suis deja passé par chez toi, plus d'une fois meme (ah les venus japonaises). Luc t'as deja lu aussi, il m'en a parlé plusieurs fois. Le truc c'est que bizarement on laisse moins facilement de messages sur un blog, nous meme au Deblocnot sommes vicimes de cela, ainsi Red Dog ne nous a jamais laissé un seul message, mon pote Ramone the snake trés rarement etc..Parce qu'un blog est contrairement a amazon assimilé a un espace privé peut etre. Ton article sur Magma va etre en lien chez nous dans l'article de Christain demain. Promis je m'inscris comme sympathisant; a+ - jean louis (et non J luc)..